Transcription d’un discours

parlement europeen

Lien vers la vidéo du discours d’Ursula von der Leyen

Transcription de l’intervention de Madame Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne, devant le Parlement européen, le 11 décembre 2019

Lancement du Pacte vert pour l’Europe

« Merci beaucoup, Monsieur le Président.

Il y a deux semaines, j’ai fait une promesse à ce Parlement. Je vous ai promis que ma Commission ne perdrait pas de temps. À peine deux semaines plus tard, nous sommes ici devant vous, avec notre proposition pour un pacte vert pour l’Europe (European Green Deal).

Les peuples d’Europe nous ont appelés à une action décisive contre le changement climatique. Les Européens ont fait entendre leur voix dans les rues et dans les urnes. C’est pour eux que nous sommes ici aujourd’hui. C’est pour eux que nous présentons un pacte vert pour l’Europe aussi ambitieux. C’est aujourd’hui que nous leur disons : nous vous avons entendus, nous vous avons entendus clairement et fortement et voici la réponse.

Chers Parlementaires, immédiatement après ma nomination en juillet, j’ai placé l’action climatique au cœur de mon programme politique. Par votre vote, vous avez approuvé ce programme et je vous ai promis que vous auriez une place centrale dans les prochaines étapes.

Aujourd’hui, Frans et moi, et tout le Collège, nous vous présentons, ainsi qu’aux citoyens européens, nos idées pour le pacte vert de l’Europe.

Nous sommes aussi ici parce que nous avons besoin de vous. Cette proposition n’est pas le point final d’un travail, mais le début d’un chemin commun. Nous ne progresserons qu’avec votre soutien.

Mesdames et Messieurs les Députés,

Nous n’allons pas simplement exposer ici notre vision d’un continent décarboné et neutre, mais une feuille de route d’action vers la décarbonation en 2050. Il faudra plus d’une génération pour atteindre cet objectif. Cette feuille de route devra être adaptée, devra évoluer au fil des années. Ce sera une route longue et parfois agitée, mais il nous revient d’en fixer le rythme, de ne laisser personne au bord de cette route. Nous savons que cela est faisable. Nous voulons réussir pour préserver la vie sur notre planète.

Tant de peuples en Europe, tant d’entreprises et de villes veulent nous montrer le chemin.

Vendredi dernier, 44 des plus grands investisseurs européens représentant six mille milliards d’euros d’actifs ont demandé à l’Union européenne d’adopter le plus rapidement possible un droit climatique portant décarbonation et neutralité climatique en 2050. Ils veulent cette loi. Ils nous disent que cette loi leur permettra de prendre des décisions de modernisation et d’investissement à long terme. C’est une question de fiabilité, de crédibilité et de responsabilité. C’est un élément essentiel de ce nouveau pacte vert.

Nous proposerons que le droit climatique européen voie le jour. Il fixera des règles claires, de façon à ce que les innovateurs, les investisseurs puissent planifier leurs investissements sur le long terme.

Ce droit permettra la transition vers la neutralité climatique, de rendre des comptes, une fiabilité de l’action.

Durant l’été 2020, nous vous présenterons nos ambitions en matière de réduction d’émissions. Nous ne voulons pas improviser. Notre vision d’ici 2030 sera accompagnée d’une étude d’impact très claire pour mieux comprendre les domaines dans lesquels nous pouvons être audacieux et ceux dans lesquels nous devons être prudents. Nous voulons être les plus ambitieux possible et les plus réalistes possible.

Nous serons en ordre de marche d’ici la COP 26 à Glasgow. Nous devons montrer l’exemple. Nous avons également besoin de plus grandes ambitions et de règles multilatérales. Tous les continents doivent trouver la manière d’atteindre un objectif commun, cela ne fait aucun doute. Les changements positifs doivent être récompensés et non pas punis.

Nous devons protéger notre planète. Nous nous félicitons des modifications des processus de production. Si les entreprises investissent dans des technologies propres, si elles respectent notre environnement, elles ne doivent pas se voir soumises à une concurrence inégale, injuste de la part d’autres pollueurs. C’est pourquoi nous voulons une taxe d’ajustement CO2 conformément aux règles de l’OMC.

Mesdames et Messieurs,

Ce nouveau pacte européen ne traite pas uniquement des émissions. Il s’agit aussi d’encourager l’innovation, de produire des aliments de qualité, de moderniser la mobilité. Cela créera de nouveaux marchés, de nouvelles entreprises en Europe.

Le pacte vert européen est notre nouvelle stratégie de croissance. Cette stratégie n’est pas basée sur la consommation permettant la croissance, il s’agit d’une stratégie qui rend davantage que ce qu’elle prélève.

Les entreprises sont en transition. Elles veulent être plus vertes. Certaines transforment les déchets plastiques en meubles modernes, par exemple. Les agriculteurs utilisent des données satellites pour s’adapter aux modifications climatiques. Les batteries made in Europe pour les véhicules électriques deviendront finalement une réalité. Nous devons investir dans le potentiel européen d’innovation.

Il y a 70 ans, l’Europe a investi dans le charbon et l’acier. Ces investissements ont servi de base à une réconciliation historique et ont permis de créer un miracle économique. Aujourd’hui, nous investissons dans les énergies renouvelables. Ce pacte vert pour l’Europe entend réconcilier notre économie avec la planète, la manière dont nous produisons et nous consommons avec notre planète et veut respecter notre environnement. C’est la raison d’être de ce pacte vert pour l’Europe.

Mesdames et Messieurs les Députés,

Il y a un an exactement, Katowice recevait la conférence mondiale pour le climat, la COP 24. Pendant plus d’un siècle, la ville de Katowice a été la capitale du charbon. Elle est devenue la capitale mondiale de l’action climatique. Des délégations du monde entier ont vu d’anciennes entreprises du charbon reconverties en salles de concert, en restaurants. Ces transformations ne se sont pas produites en une nuit et sans effort.

Le pacte vert que nous proposons ne se fera pas non plus en un seul jour. Il exigera beaucoup de nous, mais il faut le mettre en œuvre. Comme à Katowice, la transition créera des emplois de meilleure qualité. Les villes seront moins polluées, plus vertes. La qualité de vie des Européens s’améliorera.

Cette transition nécessitera du temps, du soutien, de la solidarité. C’est la raison pour laquelle dès 2020, nous proposerons un mécanisme de transition juste et équitable qui combinera de l’argent public et de l’argent privé. La BEI servira de mécanisme de levier.

L’objectif est de générer 100 milliards d’euros d’investissement sur les sept années à venir. Ces investissements constitueront un tremplin pour un ensemble de régions et de secteurs qui accusent un retard. Tout le monde en Europe peut participer à cette transition.

La transition ne porte pas uniquement sur le charbon ou les grandes industries. Elle doit aussi profiter aux agriculteurs, à travers la stratégie “du champ à l’assiette”. Nous voyons déjà que de jeunes agriculteurs italiens redécouvrent des cultures traditionnelles et donnent une nouvelle vie à nos campagnes. Le nouveau pacte vert les aidera.

Le pacte vert européen prendra en considération l’incroyable héritage naturel de l’Europe. Il protégera la biodiversité et ravivera l’économie bleue.

Nous, institutions au service des citoyens européens, devons, cependant, donner corps à nos promesses. Nous aussi, nous devons comprendre les effets tangibles de ces changements dans nos vies quotidiennes, comment pratiquer la durabilité, construire nos bâtiments, gérer nos déchets, nos voyages, utiliser le papier.

Au sein du collège de la Commission européenne, nous nous sommes fixé comme objectif d’être neutres au niveau climatique d’ici 2030. J’invite le Parlement européen à nous rejoindre ainsi que le Conseil. C’est un défi. Abordons-le ensemble. Soutenons une citoyenneté européenne. Demandons une initiative citoyenne. Travaillons avec les formateurs, les enseignants. Nos enfants ne sont pas que des spectateurs passifs, bien au contraire, ce sont des acteurs très actifs de cette transition. Le pacte climatique accompagnera leur destinée. Il est destiné à tous ceux et toutes celles qui souhaitent jouer un rôle dans cette révolution.

Mesdames et Messieurs,

L’ensemble d’un continent doit se mobiliser, depuis les Maires de petites villes jusqu’aux grandes métropoles. Tous les Commissaires seront engagés ainsi que tous les États membres, toutes les commissions au sein de votre Parlement. Rien ne se fera sans votre soutien. Nous aurons besoin d’une législation ambitieuse, d’un budget septennal permettant de relever les défis qui nous attendent.

Nous vous présentons aujourd’hui ce pacte vert pour l’Europe. Demain, je présenterai aux chefs d’État et de Gouvernement, réunis au sein du Conseil, ce même plan. Frans Timmermans le présentera aussi cette semaine à Madrid devant la COP 25. Nous travaillons ensemble.

Mesdames et Messieurs les Députés,

Certains parleront des coûts de cette transformation. Certains diront qu’ils sont exorbitants.

N’oublions cependant pas une chose : quel est le coût de l’inaction ? Quel serait-il ?

Il ne fait que croître. Les inondations coûtent 5 milliards d’euros par an. Chaque année, nous perdons 10 milliards d’euros à cause des sécheresses. Qui en paie le prix le plus élevé ? Les agriculteurs. Et ce n’est que le début. Cependant, cela n’est pas une fatalité. Nous pouvons contrecarrer cette évolution. Il est minuit moins cinq, mais il n’est pas trop tard.

Avec cette feuille de route, ce programme d’action, nous rendons durable le coût de la transition. De nombreux Européens agissent déjà.

Il y a un an, personne n’aurait imaginé que des millions de personnes battraient le pavé en faveur du climat. Les citoyens choisissent des énergies propres, les scientifiques développent les technologies de demain, les familles renoncent au plastique et choisissent de consommer local. Notre pacte vert leur est destiné. Il est ambitieux, il se veut juste et équitable. Il est établi en Europe, pour les Européens et pour parvenir à la neutralité climatique d’ici 2050.

L’Europe a toujours été excellente lorsqu’elle travaillait de manière unie. Nous donnons le meilleur de nous-mêmes lorsque nous sommes courageux, audacieux et que nous affichons de fortes ambitions. L’ambition est ici au rendez-vous.

Les Européens nous interpellent. Ils nous demandent de piloter le changement. Il est désormais de notre ressort de faire écho à leur demande. »

 

Découvrez un autre exemple de transcription :

Transcription d’une interview

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rédac Expert

Nous proposons un service personnalisé de transcription de fichiers audio et vidéo. Qualité, justesse, rapidité sont nos maîtres mots.
Transcription de réunions
Transcription d’interviews
Transcription d’entretiens
Transcription de vidéos

Contactez-nous

Société inscrite au RM d'Aix-en-Provence. SIREN numéro 800 283 947.

Téléphone : 06.58.14.81.77
E-mail: contact@redac-expert.fr
Site Internet : www.redac-expert.fr